L'Aude, terre d'accueil et de création ! De nombreux artistes y vivent aujourd'hui. Aquatinte & Tintamarre est leur coopérative. Sa finalité ? Clairement économique. Son parti pris ? L'Art au cœur de nos vies, l'Art qui fait lien et donne sens, l'Art Pluriel !


Photographie d'Olivier Ledoux, ethno sculpteur, sculptant une grume lors du chantier participatif du quartier de Grazailles La Reille, passage d'Aboukir à Carcassonne

Un projet artistique ouvert à tous

Générer du lien social, Favoriser les échanges intergénérationnels, inscrire les habitants dans leur quartier ou améliorer le cadre de vie, quelques unes des missions qui relèvent du contrat de ville conclut entre l’état, les conseils citoyens et des organismes publics et privés. C’est dans ce cadre qu’Aquatinte & Tintamarre porte un chantier participatif au cœur de Grazailles La Reille, passage d’Aboukir à Carcassonne. Un projet en phase avec l’éthique de notre coopérative. Une action artistique qui s’adresse à toutes et tous de 9 à 77 ans.

Olivier Ledoux, ethno sculpteur

Maitre d’œuvre : Olivier LEDOUX, ethno sculpteur et grand spécialiste des chantiers de ce type. 32 ans d’expérience au service de 15 jours créatifs ou de 9h00 à 20h00 il anime, oriente, explique et surtout apprend le maniement de différents outils aux habitants curieux de se lancer dans l’aventure. 6 mètres cubes de bois que les habitants de Grazailles vont fendre, débiter, couper, travailler, ciseler, façonner et sculpter sous la direction de l’artiste pour la création in situ d’une œuvre monumentale.

Imaginaire & sculpture

Olivier LEDOUX développe une pédagogie unique et originale née d’un chantier réalisé en 1985 à Genève ! Il entame ses chantiers par des prises de contacts tactiles. Les groupes constituées (pas plus d’une quinzaine de personne) découvrent les arbres bruts les yeux bandés et les mains en avant pour toucher, palper la matière. Après ce travail de contact, l’artiste amène son public à puiser dans son imaginaire. Un imaginaire traduit par le dessin où chaque participant reproduit ce qu’il ressent ou voit à l’intérieur de lui-même. De l’ensemble de ce travail collectif se dégagent des mots qui définissent une pensée de groupe et orientent le travail à faire, avec à la clé, les premiers coups de ciseaux.

Le chantier participatif, vecteur de lien social

Deux semaines en continu jusqu’au 5 novembre permettent aux habitants désireux de s’intégrer dans le projet, de travailler ensemble en inter-génération. Le chantier participatif est un véritable vecteur de lien social. Les habitants du quartier s’approprient totalement la réalisation du chantier. Ils en sont les petites mains, celles qui créent, fabriquent et par la même embellissent leur environnement. Cela permet de s’ouvrir aux autres par la discussion, l’échange dans le respect des uns et des autres. Il solidifie la cohésion sociale, il rompt avec la routine et ouvre ce public à d’autres domaines. L’art au service actif d’une cause naturelle : faire et vivre ensemble dans le respect et la tolérance des uns et des autres. Ainsi, ils inscrivent leur empreinte commune dans leur cité.

 

0
0
0
s2smodern